LA FLORE AQUATIQUE

 

La présence de plante dans un étang est utilise en maints points de vue. Elle est indispensable à la vie des poissons et contribue à l’entretien de l’étang.

Principales fonctions de la flore aquatique

  • Production d’oxygène (photosynthèse)
  • La nourriture : ils sont consommés par les poisons blancs (gardons, …)
  • Les caches : Les animaux se servent des plantes comme abris contre les prédateurs, le courant, le soleil.

Le support de ponte : Les poissons peuvent se servir des plantes comme support de ponte (cyprinidés). Certains insectes (libellules) pondent leurs oeufs dans les tiges de nénuphars.

La protection des berges : contre les vaguelettes créées par le vent qui érodent les berge et pouvant provoquer leurs effondrements.

L’épuration : les plantes en utilisant les sels minéraux consomment une partie des polluants de l’eau (nitrates, phosphates).

Type de flore :

  • Les algues : Elles vivent fixées sur le substrat (galet, vase…) ou sur des plantes. On les rencontre dans tous les milieux aquatiques.
  • Les hélophytes : Plantes vivant les pieds dans l'eau ou dans un substrat gorgé d'eau. On les trouve en périphérie des plans d'eau et des cours d'eau, dans les zones de profondeur inférieure à 70 cm.

Les Hydrophytes : Ce sont des plantes qui vivent entièrement immergées dans l'eau.

 

ZONATION TRANSVERSALE

 

Les carex ou laîches

Il en existe un grand nombre d'espèces (50 en France). Ces plantes, encore appelées rouches ou joncs, ressemblent avec leurs feuilles allongées et leurs épis de fleurs à des graminées mais s'en distinguent par la section triangulaire de leurs tiges le plus souvent pleines et coupantes et dépourvues de noeuds. Les fleurs mâles, en forme d'épis plus ou moins retombants, sont situées au-dessus des épis des fleurs femelles. Généralement les carex, dont la hauteur maximale peut atteindre 1,50m, forment la ceinture extérieure de l'étang avant les iris et les roseaux. Ce sont des végétaux vivaces et envahissants aux racines puissantes qui contribuent à maintenir les berges.

 

                                                     

 

L'iris faux-acore ou iris jaune

Cette plante à très gros rhizome rampant, encore appelée " Iris (ou glaïeul) des marais ", " Grande Laîche "… dépasse rarement 1,50m. Elle se reconnaît à ses longues feuilles plates alternes proches de celles de l'acore (d'où son nom) et surtout à ses grandes et belles fleurs bisexuées de couleur jaune légèrement veinées de brun et pourprées au centre. L'iris jaune colonise le bord des berges et contribue, comme le carex, à leur consolidation.

 

                                            

 

Le phragmite commun ou roseau à balais

Ce roseau commun, qui peut atteindre 3 mètres, a un rhizome rampant vivace qui lui permet de coloniser le bord des eaux d'une manière souvent envahissante. Il est facilement reconnaissable à sa houppe de fleurs rousses violacées portées par une longue hampe et à ses feuilles en lanières relativement courtes. Il sert, par ailleurs, à couvrir les chaumières (du latin calamus : roseau).

 

                       

 

Le typha ou massette

Le typha, plus souvent connu sous les noms populaires de " massette ", " quenouille d'eau ", " roseau de la passion " est une plante qui peut atteindre 2m. Il possède un rhizome de 3 cm de diamètre et une tige raide autour de laquelle sont fixées des feuilles coriaces en lame d'épée. Il se caractérise surtout par son inflorescence formée d'un écouvillon d'abord vert puis brun long de 10 à 30cm portant les fleurs femelles et d'une houppe d'environ 10 cm groupant les fleurs mâles d'où s'échappe un pollen très abondant. Après la fécondation, l'épi mâle disparaît tandis qu'un duvet noir se développe et entoure les fruits (ou akènes).

Grâce à son rhizome traçant lui assurant une multiplication rapide, cette plante décorative colonise rapidement des surfaces importantes, d'autant plus qu'elle résiste bien au froid.

 

                                  

 

Les joncs

Ils comprennent un très grand nombre d'espèces. Leurs rhizomes vivaces qui leur permettent de se développer très rapidement, portent des tiges aériennes fines et cylindriques. Les joncs colonisent les berges en formant des touffes compactes. Il est préférable de les planter (s'ils ne viennent pas tout seuls) dans des containers qui évitent leur prolifération.

 

                         

 

La renoncule aquatique ou grenouillette

La renoncule aquatique porte aussi le nom de grenouillette parce que, comme le batracien, elle affectionne les endroits marécageux. La plante présente la particularité d'avoir deux sortes de feuilles. D'une part les feuilles submergées ramifiées et réduites à de fines lanières et d'autre part les feuilles aériennes larges et arrondies. En Avril, des fleurs aériennes relativement grandes et d'un blanc éclatant, apparaissent.

 

                                    

 

Les potamots

Ce sont des plantes qui peuplent toutes les eaux douces. On en compte une quinzaine d'espèces en France : certaines sont submergées comme le potamot crépu et le potamot dense alors que d'autres sont flottantes comme le potamot nageant qui se reconnaît à ses tiges rougeâtres et à ses feuilles aériennes ovales bien posées à plat à la surface de l'eau (alors que les feuilles submergées sont réduites à un long pétiole) et à son épi floral dressé verticalement au-dessus de l'eau. Les potamots, qui poussent généralement en touffes, se multiplient rapidement grâce à leurs rhizomes.

 

                              

 

Les nénuphars

Deux espèces de nénuphars sont communes : le nénuphar jaune qui colonise les eaux assez profondes et le blanc qui vit dans les eaux d'une profondeur inférieure à un mètre. Les nénuphars se caractérisent par des feuilles aériennes qui s'étalent sur l'eau et par des fleurs bisexuées blanches ou jaunes selon l'espèce et portées par un très long pédoncule. Ces plantes attachées au fond de l'étang offrent un bon abri au frai des poissons en raison de la densité de leurs touffes mais leur développement rapide peut les rendre nuisibles car la quantité de matières organiques qu'ils produisent en se décomposant contribuent à l'envasement de l'étang.

 

                                     

 

Les myriophylles considérées comme envahissantes,

Ces plantes aquatiques, qui tirent leur nom du grec signifiant dix mille feuilles, forment rapidement des herbiers en raison de leur nature envahissante. Elles se reconnaissent à leurs feuilles frêles découpées en lanières et disposées par 4 autour d'une tige légèrement rouge. Seul l'épi floral est aérien. Il se compose de petites fleurs roses unisexuées. Les fleurs mâles sont réunies au sommet de l'épi et les fleurs femelles sont placées en-dessous. Deux espèces de myriophylles submergés sont communes en France : le myriophylle verticille et le myriophylle en épi. Les myriophylles, en raison de leur finesse et de leur souplesse, abritent de nombreux petits animaux (poissons, larves, tritons…). Ils ont, par ailleurs, l'avantage d'être des plantes très oxygénantes qui contribuent à rendre l'eau limpide. Il est cependant conseillé de rester vigilant car ces plantes colonisent rapidement un étang.

 

                                     

 

L'élodée du Canada

L'élodée, importée involontairement du Canada depuis 1836, a aujourd'hui conquis toutes les eaux douces et stagnantes du continent européen. Sa densité est telle qu'elle est communément appelée " la peste d'eau ". Cette plante totalement submergée, et poussant en touffes, se caractérise par des tiges grêles qui portent des feuilles minces dépourvues de pétioles et de fines racines adventives qui aident à sa fixation. En été, elle laisse apparaître de petites fleurs roses unisexuées et essentiellement femelles. L'extension rapide de cette plante est donc essentiellement due à sa multiplication végétative. En effet, les rameaux de la plante qui se détachent mécaniquement, au passage d'un poisson par exemple, se bouturent facilement en redonnant de nouveaux pieds . L'élodée du Canada, comme le myriophylle, est une plante très oxygénante dont la vivacité et la rusticité ne sont plus à prouver. Elle fait le bonheur des poissons qui s'en nourrissent et viennent y frayer.

 

                                     

 

LA FAUNE AQUATIQUE

 

MACROINVERTÉBRÉS

Les macroinvertébrés aquatiques regroupent les animaux n'ayant pas de squelette interne contrairement aux mammifères, aux oiseaux, aux poissons et aux amphibiens. Ils comptent les Arthropodes (dont les Insectes, les Araignées, les Crustacés), les Mollusques, les Vers, et les Méduses.

INSECTES AQUATIQUES

Introduction

Les insectes aquatiques constituent le groupe animal le plus important et le plus diversifié de la planète, alors qu'il est également l'un des plus mal connu. On estime qu'il existerait sur Terre plus d'un million d'espèces d'insectes, alors qu'environ 892000 espèces seulement sont décrites. Mais, outre leur importance numérique, l'intérêt des insectes réside dans leur remarquable diversité de formes et d'adaptations qui leur ont permis de coloniser l'ensemble du globe dans pratiquement tous les biotopes, à l'exception des océans.

Morphologie

Rappelons que les insectes sont des invertébrés à squelette externe articulés, autrement dit des Arthropodes, dont l'organisation de base comporte une division du corps en 3 parties nettement distinctes :

la tête, le thorax, l'abdomen. Ce caractère les différencie notamment des Arachnides (araignées, scorpions…) dont le corps est apparemment composé de 2 parties. La locomotion des insectes, au moins à l'état adulte, est assurée par 6 pattes, alors que les araignées en possèdent 8. Pour la majorité d'entre eux, les insectes sont pourvus d'ailes. Cette adaptation au vol constitue l'un des traits les plus remarquables du groupe, unique chez les Invertébrés.

Répartition et alimentation

Les insectes aquatiques présentent un très large éventail d'adaptations morphologiques, physiologiques et comportementales qui leur permettent d'habiter pratiquement tous les types de milieux aquatiques. On trouve des insectes dans les mares, étangs, ruisseaux et rivières. Les modes de vie des insectes aquatiques sont extrêmement variés. Certains passent toute leur vie au contact de l'eau, comme les gerris, la plupart étant aquatiques à l'état larvaire mais terrestres et capables de voler à l'état adulte, comme les libellules ou les moustiques. Les habitudes alimentaires sont des plus diverses. Certains consomment les bactéries et les petites particules en suspension dans l'eau, comme les larves de moustiques (Détritivores), d'autres mangent les végétaux aquatiques (Herbivores), comme les Coléoptères et Hydrophilidae.

D'autres, enfin, sont carnassiers, se nourrissant de proies vivantes (Prédateurs), comme les larves de Libellules ou les Dytiques. Les insectes aquatiques ont de nombreux ennemis et ils sont consommés par divers poissons carnassiers, tels les truites, qui peuvent se nourrir aux dépens des insectes entraînés par le courant dans les rivières. Ils sont parfois consommés par les oiseaux, comme le héron, le canard…

Enfin, il arrive que l'Homme fasse usage des insectes dans certaines activités. La pêche à la mouche avec des appâts vivants emploie des phryganes adultes. Les insectes aquatiques sont représentés en France par 12 ordres, eux-mêmes constitués de nombreuses familles.

ÉPHÉMÉROPTÈRES (ou ÉPHÉMÈRES)

Les larves se distinguent par leurs 3 cerques (rarement 2) à l'extrémité de l'abdomen et les branchies formant des plaques ou des sortes de plumes accrochées au flanc de l'abdomen. L'adulte est pourvu de 4 ailes. Il est bien connu pour sa courte vie (1 à 8 jours). Les mâles volent en groupes au-dessus des eaux aumoment de la reproduction. Il en existe 217 espèces en Europe.

 

 

PLÉCOPTÈRES

Larves aquatiques proches de celles des éphémères, mais possédant 2 cerques au lieu de 3. Leurs branchies ne sont pas disposées sur l'abdomen. Vivant exclusivement dans les ruisseaux et torrents, elles sont détritivores ou herbivores. Les adultes, pourvus de 4 ailes volent sans s'éloigner des torrents. Il en existe 387 espèces en Europe.

 

 

TRICHOPTÈRES (ou PHRYGANES)

Les larves aquatiques ressemblent à celles des Coléoptères mais pourvues d'une paire de crochets anaux à l'extrémité de l'abdomen. Elles sont bien connues pour se construire un fourreau de forme variable à l'aide de feuilles ou de petit gravier, dans lequel elles s'abritent. Les adultes volent sans s'éloigner de l'eau. Ils ont 4 ailes et ressemblent superficiellement à de petits papillons. Leurs ailes ne sont pas couvertes d'écailles colorées comme chez les papillons mais des poils tégumentaires. Il existe 895 espèces de trichoptères en Europe.

 

 

ODONATES (ou LIBELLULES)

Les larves aquatiques carnassières sont caractérisées par un développement particulier d'une partie de l'appareil buccal, le labium, qui est différencié en "masque", sorte de pièce articulée terminée par deux crochets capable de se projeter en avant pour saisir une proie et la porter au niveau des mandibules. Le dernier stade juvénile sort de l'eau et se fixe sur un support puis donne naissance à une libellule adulte.

L'adulte carnassier pourvu de 4 grandes ailes chasse de petits insectes en vol, sans trop s'éloigner de l'eau. Les Libellules sont divisées en deux sous-ordres : les Zygoptères qui ont les ailes repliées l'une contre l'autre, comme les pages d'un livre, au repos et les Anisoptères dont les ailes au repos restent étalées à l'horizontale. On en compte 127 espèces en Europe.

 

                                                           

 

 

COLÉOPTÈRES

Les larves dépourvues de protection ont des mandibules en forme de crochets. Les adultes ont les ailes repliées sous des élytres durs. Leur appareil buccal est équipé pour mâcher. Certains adultes vivent dans l'eau (Dysticidae, Hydrophilidae), sur la surface de l'eau (Gyridinae), au bord de l'eau ou sur des plantes aquatiques (Donaciinae). On compte 1072 Coléoptères aquatiques en Europe.

 

                                   

 

 

DIPTÈRES (MOUCHES et MOUSTIQUES)

Cet ordre très diversifié compte quelques quatre mille espèces en Europe. Les larves, d'aspects très différents, sont vermiformes et dépourvues de pattes ou parfois équipées de fausses pattes. Les adultes volent bien et sont pourvus de 2 ailes et de 2 balanciers. Certains sucent le sang (hématophages) comme les moustiques, taons, simulies…

 

                                    

                                    

 

HÉTÉROPTÈRES

Ce sont les punaises qui comprennent aussi quelques espèces aquatiques. Certaines nagent, le plus souvent dans les eaux stagnantes, d'autres patinent à la surface de l'eau, généralement en bandes grâce à de longues pattes fines, c'est le cas des Gerris, des Velias et des Hubrus, plus petits; d'autres encore vivent cachés dans la boue au fond des mares ou au bord de l'eau. Toutes ont un appareil buccal piqueur et s'attaquent aux petites proies ou mangent des algues. Il y a environ 130 espèces aquatiques d'Hétéroptères en Europe.

 

 

MOLLUSQUES

Les Mollusques sont des invertébrés divisés en deux classes :

- Les Lamellibranches (ou bivalves) qui possèdent une coquille à 2 valves (comme les Dressènes), souvent symétriques, articulées par une charnière. Ils se nourrissent de fines particules en suspension dans l'eau ou dans la vase.

- Les Gastéropodes dont la coquille est d'une seule pièce généralement enroulée en spirale et ressemble souvent à celle d'un escargot. Ils sont le plus souvent brouteurs et raclent le substrat pour se nourrir.

- Planorbarius corneus ce gastéropode très connu est classé dans la sous famille des pulmonés.


                      Anodonte                                   Limnée des marais                              Le Planorbe

                   

PLATHELMINTHES (VERS PLATS)

Organismes au corps mou, aplati, non annelé et dépourvus de pattes. Ils sont primitifs. Parmi les Plathelminthes, on compte les Planaires qui vivent dans les eaux courantes et stagnantes. Ils sont carnivores et se nourrissent de petits invertébrés. Ils servent d'indicateurs biologiques du fait de leur exigence stricte pour la qualité de l'eau.

 

                                                         Polycelis                                                                                      Crenobia

                     

 

ANNELIDES (VERS ANNELÉS)

Organismes au corps segmenté, mou, allongé, plus ou moins aplati, contractile et dépourvus de pattes. Les Oligochètes (corps pourvu de soies), qui vivent dans les eaux stagnantes, peuvent être détritivores ou prédateurs (Ex : Tubifex). Les Achètes (corps dépourvu de soies), ou sangsues, forment une autre classe des Annélides et possèdent une ventouse qui leur permet de se nourrir du sang d'invertébrés (hématophages), de cadavres (nécrophages)…

 

                   Tubifex                                            tubifex Hirudo                                       Helobdella

                                                                      (sangsue médicinale)                           

            

 

MÉDUSES (CNIDAIRES)

On les rencontre exceptionnellement, leurs apparitions et disparitions étant brutales. Très petites en eau douce.

 

ARACHNIDES

Arthropodes ayant 4 paires de pattes. La principale espèce que l'on trouve est l'Argyronète qui vit dans une cloche d'air dans les eaux stagnantes. Elle chasse ventre en l'air de petits invertébrés aquatiques et même des têtards. On trouve aussi des Hydracariens, acariens au corps mou et globuleux dont les larves aquatiques sont parasites d'insectes aquatiques.

 

Argyronète Hydracarien Hydrachna

                                                   

 

CRUSTACÉS

Arthropodes au squelette externe qui possèdent 2 antennes, 2 antennules, 3 paires d'appendices

masticateurs. Ils sont constitués de 2 groupes :

  • les Entomostracés qui composent principalement le zooplancton
  • les Malacostracés dont les Gammares, les Aselles et les Ecrevisses.

                                             Aselle                                                                              Gammare

                                         

 

étonnant ce bryozoaïre, cette espèce de masse gélatineuse se retrouve de plus en plus fréquemment dans nos lacs. Le nom de cet organisme mi animal mi végétal est Pectinella Magnifica. Le nom bryozoaïre vient du grec bruon (mousse) et zôon (animal). Les bryozoaïres, sont un peu comme des polypes coralliens. Ils prospèrent en filtrant les eaux et en bâtissant leur chambre de vie en colonie pouvant compter plusieurs milliers d'individus.

 

 

 

 

 

 

Source : Internet

union gaule autunoise, ugapm, pecheur autunois morvan, ombres communs, union gaule Autunoise, peche truite, carte de peche, aappma autun, pecheur carnassiers , pecheurs morvandiaux, plan d'eau du vallon, lac autun, peche morvan, parcours no-kill autun, gestion piscicole,ombre commun, black bass, carpe, depositaire carte, peche de nuits, alevinage, reglementation, bureau, animations peche,

Mentions Légales

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mentions Légales

Faune et Flore Aquatique