La Flore aquatique indésirable

 

LE MYRIOPHYLLE DU BRESIL

 

 

 

 

 

Parmi les plantes aquatiques considérées comme envahissantes, le myriophylle du Brésil tient sa place. IL est originaire d'Amérique du Sud.

Le Myriophylle du Brésil a été introduit pour la beauté de son feuillage par un botaniste dans les jardins de Talence. On signale son caractère envahissant dès 1913 au Nord de Bordeaux.

La présence du myriophylle étouffe les autres plantes et provoque leur disparition progressive. En réalité, cette plante exotique prend peu à peu la place des plantes aquatiques autochtones. C'est un vrai danger pour la diversité biologique végétale mais aussi animale.

Le myriophylle du Brésil est une plante amphibie, il peut développer hors de l'eau des tiges allant jusqu'à 30 à 40 cm de hauteur, les tiges pouvant atteindre 3 m de long.

 

 

 

 

Sa colonisation se faisant par bouturage, on le rencontre essentiellement dans les milieux stagnants ou faiblement courants. Son développement est très inquiétant en Vendée : notamment dans le Marais du Gué Gorand-Jaunay, le Marais Breton...

Il gène la pêche et la navigation. IL étouffe la végétation (quelques lemnacées ou azolla peuvent subsister entre les tiges émergées). Il participe à la banalisation des écosystèmes et surtout c'est un gros consommateur d'oxygène.

 Ses feuilles sont constituées de très fines lanières vert tendre. Elles sont attachées par groupe de 4  ou de 6 sur les tiges. Ces dernières peuvent atteindre 3 mètres de long.

     

 

 Le myriophylle du Brésil présente de grandes similitudes avec la jussie. Tous deux ont des besoins  importants en lumière pour se reproduire. En France, ils se propagent par bouturage. C'est pourquoi il  ne faut ni les cueillir, ni les arracher. Il suffit d'un simple brin pour obtenir une plante envahissante.  Belle mais dangereuse… 

Le moyen qui reste actuellement le plus efficace pour lutter contre sa prolifération est l'arrachage des plants.

____________
                                           

LA JUSSIE

 

 

 

               

 

 

La jussie est une plante vivace aquatique originaire d'Amérique du Sud, elle fut introduite en France, vers 1830, pour la décoration des bassins d'agrément et des aquariums.

Elle est devenue depuis une redoutable plante envahissante dans les milieux naturels humides et dans les zones aquatiques calmes. Actuellement, elle s'est propagée sur l'ensemble du territoire Français.

Elle produit de longues tiges et se développe horizontalement dans l'eau, sur l'eau et dans la boue. Elle fleurit de mai à septembre et se reproduit essentiellement par bouturage, un bout de tige peut redonner un individu entier, elle peut doubler sa masse toute les deux à trois semaines.

La jussie forme un tapis dense et homogène sur l'eau et les berges :

 

 

 

une plante très envahissante

 

Elle ne laisse pas la possibilité aux autres espèces végétales de se développer, elle empêche la lumière d'atteindre les autres plantes aquatiques limitant leur photosynthèse.

Elle nuit à la faune en général et aux oiseaux en particulier qui préfèrent la diversité alimentaire.

La Jussie produit beaucoup de matière organique qui s'accumule au fond, ce qui ferme le milieu par envasement.

Leur décomposition par les bactéries consomme beaucoup d'oxygène dissous dans l'eau, peu à peu le milieu manque d'oxygène, devient sombre, les plantes disparaissent et avec elles, la diversité biologique animale.

Le milieu aquatique perd sa diversité concernant sa vie végétale et animale. Son impact sur l'environnement aquatique entraîne un déséquilibre de l'écosystème.

Cette plante est également une source de nuisance pour les activités humaines, elle gène les pêcheurs, les activités nautiques et touristiques.

 

La lutte contre la jussie a un coût non négligeable pour la collectivité, pour la partie aquatique, elle est enlevée manuellement, c'est un travail minutieux qui nécessite de ramasser toutes les boutures arrachées pour éviter une nouvelle prolifération.

 

Le pouvoir invasif redoutable de la jussie est dû surtout à la très grande difficulté, voir l'impossibilité de s'en débarrasser :

Ses racines peuvent s'enfoncer jusqu'à 3 mètres dans le sol,

Bien que le gel détruise ses parties aériennes ou semi-immergées, il suffit qu'une partie de rhizome soit protégée par la boue, pour que la plante survive.

La plante se multiplie facilement par bouturage naturel à partir d'un fragment de tige qui régénère une plante entière.

La jussie se propageant par simple bouturage, il est recommandé de ne jamais la cueillir et encore moins de l'utiliser comme plante ornementale.

 

 

Un arrêté interministériel interdisant la commercialisation, l'utilisation, l'introduction de la jussie dans un milieu naturel a été signé le 2 mai 2007.

 

 

 

                                                                                                                                                                                

Source : Internet

Mentions Légales

Nuisibles